NEYMAR : Plus qu’un transfert

Neymar au Paris Saint Germain. Même si vous étiez en vacances sur Mars, sur la Lune ou dans une zone non couverte par le WIFI, vous n’avez pas pu passer à coté du feuilleton de l’été. Dans une époque où les justifications sont malheureusement de rigueur car les propos sont trop vite et très mal interprétés, je tiens à préciser que je ne suis pas un capitaliste ultra libérale sanguinaire et très loin d’être un patron du CAC 40, qui n’écrirait sûrement pas cet article dans le RER E. De plus, sachez que les grandes injustices et inégalités que notre monde peut engendrer me révoltent au plus haut point. Mais ce qui me révoltent aussi, c’est cette démagogie et cette pseudo révolte autour du montant du transfert de Neymar ; 222 millions d’euros.

neymar 2L’autre jour, j’ai vu et entendu Patrick Montel s’égosiller et s’indigner devant ce montant et le « football business ». A la question « les footballeurs gagnent-ils trop d’argent ? », la réponse semble évidente. Toutefois, j’ose espérer que votre « enflammade »sur le service public ne vous a pas fait confondre montant du transfert et salaire du joueur. Au vu de vos 30 ans de journalisme, je pense que vous êtes renseigné normalement aussi bien, si ce n’est mieux que les autres. Alors ne serait-il pas enfin venu le temps d’en finir avec les sempiternels et redondants « ils ne pas médecins, pompiers, chirurgiens, ne sauvent pas des vies… » ?

Monsieur Montel, je ne suis malheureusement pas dans les arcanes de France Télévisions, mais je reste persuadé  que vous ne pratiquez pas d’opérations à cœur ouvert et que votre revenu est bien supérieur à celui d’un pompier. Et pourquoi ? Tout simplement parce que vous avez et continuez sûrement à donner du plaisir aux téléspectateurs avec vos commentaires, tout comme Neymar le fait avec son talent. Votre employeur vous trouve compétent et vous rétribue à votre juste valeur, je le souhaite pour vous, Peut-être même, estimez-vous ne pas être assez payé au regard de votre expérience et de vos compétences. Et si l’on veut poursuivre un peu plus loin, je vous invite plutôt à vous révolter contre les « golden parachutes », contre ces licenciements dû à une plus grande soif de bénéfices des actionnaires. Le salaire du Brésilien ne me choque pas, l’indécence serait qu’il vienne à s’en plaindre. Alors à ce moment là, je m’insurgerais à vos cotés.

neymar3Le cancer du football ne serait-il pas plutôt tous ces joueurs très moyens qui bénéficient du système et qui sont rétribués bien au delà de leurs réelles valeurs ? Ces millionnaires devraient reverser dix pour cent de leurs revenus à Jean Marc Bosman, qui en gagnant son combat juridique, il y a plus de vingt ans, a permis aux clubs d’aligner un autre illimité de joueurs communautaires, autrefois limité à trois. Le belge vit aujourd’hui dans la précarité, ironie du sort. Les joueurs forts, moyens forts et moyens ayant quitté notre championnat vers des cieux plus rémunérateurs, certains joueurs de Ligue 1 ont un très bon (gros) contrat , alors qu’ils n’auraient pu exercer leurs passions qu’en National ou en Ligue 2 pour les plus chanceux vingt ans plus tôt. N’est-il pas logique que Neymar, l’un des rois de ce sport, tire les dividendes de cette manne financière ? Le Brésilien aurait joué pour un grand club quoiqu’il en soit, Le Réal Madrid alignait déjà Puskas, Di Stefano et Kopa, il y a près de soixante ans.

psg-la-une-de-la-provence-sur-naymar-ecoeure-pierre-menes-capture-d-e-cran-2017-08-03-a-14-24-13,188359

Le transfert de Neymar a fait couler beaucoup d’encre et réveiller quelques vielles inimitiés entre parisiens et marseillais. Je me suis amusé des vidéos Youtube de supporteurs, mais j’avoue avoir été surpris par le traitement de l’information par le journal La Provence, dont la une titrait : « Neymar arrive au PSG du Quatar ». Non pas que le journaliste doive obligatoirement s’élever au dessus du supporter, mais son objectivité et sa partialité doivent être plus grande. Le titre est très orienté et ressemble plus à de l’amertume vis à vis du riche rival qu’a de l’information. Les sous titres de l’article qui évoquent les suspicions sur le montage financier et la conversion du montant du transfert en 16000 années de SMIC nous emmènent vers le niveau ultime de la démagogie. Il est sûrement vrai que l’Olympique de Marseille aurait rejeté l’investissement qatari dans son club et refusé d’investir une telle somme sur Neymar, la jugeant trop indécente. Les salaires des joueurs de Marseille se rapprochant d’ailleurs plus de l’ouvrier qualifié que de millionnaires à la retraite assurée.

On est toujours le riche de quelqu’un et le pauvre d’un autre. En témoignent les bâtons mis dans les roues du club parisien pour recruter le Brésilien. L’arrivée du PSG dans le gotha européen est mal vue et le PSG va devoir jouer des coudes pour s’y faire une place. La ligue espagnole s’étant même opposé au transfert. Mais le club catalan a finalement trouvé les quarante cinq secondes nécessaires à l’envoi par fax de l’autorisation de fouler les pelouses françaises pour Neymar. On était plus proche de « mesquine club » que de « mes que un club ». Pardon, mais c’était trop tentant.

Certes, le football n’est pas tout dans la vie, mais notre quotidien ne doit-il pas s’agrémenter de sujets un peu plus futiles de temps à autre, afin de quitter quelques instants une réalité parfois plus triste ?