NBA : QUI SERA MVP ?

Une saison régulière NBA, c’est 82 matchs dont 41 déplacements dans tous les Etats-Unis. Etre élu meilleur joueur de la saison signifie avoir fait preuve d’une grande régularité dans la performance en dépit de la fatigue des roads trips ou des back-to-back. Nous vivons une saison NBA extraordinaire, qui nous offre des performances individuelles exceptionnelles. A vingt matchs du terme de la saison et de l’élection du MVP, six candidats entrent dans la discussion. Une liste subjective des forces en présence, dont vous ne partagerez peut-être pas tous l’avis.

Tout d’abord, honneur aux leaders des franchises dominantes au sein de leurs conférences respectives :

Kevin Durant (25.3 pts, 8.2 rbs, 4.8pds, 53.7%)  Le transfert le plus controversé de l’intersaison s’est totalement adapté dans l’effectif déjà pléthorique des Warriors où la marque est bien répartie entre lui, Curry et Thompson. Avec un bilan de 52 victoires pour 11 défaites, Golden State a le meilleur bilan de la Ligue et KD a souvent pris les choses en mains dans les moments importants. Petit bémol, sa récente blessure, qui risque de voir limiter ses minutes par le coach Kerr en vue des play-offs.CHANCES 5%

kevin-durant

 

JAMES

Le Bron James (26 pts, 8.2 rbs, 8.8 pds, 53.8%)  Le King réalise encore une saison de mammouth presqu’en triple double. Les Cavs dominent la conférence Est avec un bilan de 42 victoires pour 20 défaites et Le Bron semble jouer à sa main, ne forçant son talent que lorsque cela est nécessaire. Bien épaulé par Irving et Love, King James semble plus viser une nouvelle bague qu’un trophée de MVP.CHANCES 5%

 Deux joueurs innatendus à la progression spectaculaire se glissent dans cette liste:

THOMASIsaiah Thomas (29.5 pts, 6.2 pds, 2.7 rbds, 46%)  Le petit meneur des Celtics, 1m75 sous la toise, a redonné l’espoir à tous les joueurs de moins d’1m80 et le sourire à toute la ville de Boston. Isaiah porte à bout de bras les Celtics dans la lutte pour la seconde place de la Conférence Est. Chaque soir, il nous surpend un peu plus par ses performances.Il s’affirme comme un joueur décisif de  « money time » en étant le meilleur marqueur pendant le quatrième quart temps de la Ligue.CHANCES 10%

 

LEONARDKawhi Leonard (26.3pts, 6rbds, 3.4 pds, 48.7%)  Si ses stats sont légèrement moins impressionnantes que les autres candidats, Kawhi s’épanouit totalement dans le Spurs Basketball et s’est affirmé comme le leader de l’équipe depuis le départ de Duncan à la retraite. Les Spurs disputent aux Warriors le titre de meilleure équipe de la Ligue avec un bilan de 49 victoires pour 13 défaites. Leonard est décisif en fin de match et son impact se fait ressentir des cotés du terrain. En effet, il est un des meilleurs défenseurs de la Ligue (près de 2 interceptions par match) et son influence sur le terrain galvanise ses coéquipiers. Le jeune homme de 25 ans semble progresser à chaque instant.CHANCES 15%

Ces quatre joueurs réalisent une saison extraordinaire, mais les deux joueurs suivants affichent des statistiques hallucinantes :

harden2James Harden (29 pts, 11.3 pds, 7.9 rbds, 44.3%)  Le barbu réalise une saison extraordinaire et a installé les Rockets à une solide troisième place de la conférence Ouest avec un bilan de 44 victoires pour 20 défaites. Harden est un formidable attaquant et son repositionnement au poste de meneur l’a consacré, à la surprise générale, meilleur passeur de la Ligue. Il trouve sa plénitude dans le jeu très offensif prôné par Mike d’Antony, mais son manque d’implication en défense pourrait lui être préjudiciable dans le vote final.CHANCES 30%

 

Russel Westbrook (32.1 pts, 10 pds, 10.5 rbds, 42.2%)  Les qualitatifs manquent pour décrire la saison réalisée par Westbrook. OKC se retrouve septième de la Conférence Ouest avec un bilan de 35 victoires pour 29 défaites, à la seule force de ses bras. Il peut réaliser l’exploit de finir la saison en triple double, du jamais vu depuis Oscar Robertson. Il entrerait dans l’histoire par la grande porte.Le meneur survitaminé pourrait amener un casse tête aux votants. Donner le titre de MVP à un joueur dont l’équipe est septième de sa conférence, qui serait le classement le plus bas de l’histoire pour l’équipe d’un MVP ou empêcher un joueur aux statistiques uniques et vertigineuses d’être sacré. Historique, quoiqu’il se passe. CHANCES : 35%

russell_westbrook_dribbling_vs_cavs