Point NBA du 12 Novembre 2016

Après près de trois semaines de compétition et une dizaine de matchs joués, un petit bilan permet de dégager les premières tendances.

Certaines équipes n’ont pas obtenu les résultats escomptés et se retrouvent avec un classement que la qualité de leur effectif ne laissait pas présager.

Les déceptions :

New York Knicks (3 victoires 6 défaites) : Malgré un cinq de grande qualité (Rose, Anthony, Porzingis, Lee et Noah), les joueurs de « Big Apple » n’arrivent pas à trouver une alchimie collective. Phil Jackson bouillonne en tribune, estimant que son système en triangle n’est pas assez exécuté. Le coach Hornacek n’a pas vraiment de prise sur le groupe et ses consignes de jouer plus sur Porzingis à l’intérieur ne sont pas respectées. On voit souvent le Letton se retrouver en « mismatch » avec un joueur beaucoup plus petit en défense, sans être servi pour autant. Anthony tient son rang, mais Rose est décevant au poste de meneur. Seul match de référence, la victoire à Chicago. Réaction urgente attendue.

Minnesota (2 victoires 6 défaites) : Les jeunes loups possèdent des joueurs pleins de talents (Towns, Wiggins, LaVine). L’absence de Rubio et le niveau élevé de la Conférence Ouest n’expliquent pas tout. Ce n’est pas leur première saison. Il faut maintenant confirmer les attentes placées dans ces futurs potentiels joueurs dominants et montrer que la valeur n’attend pas le nombre des années.

New Orleans (1 victoire 9 défaites) : Malgré des stats de mammouth avec 31,1 points et 10,7 rebonds, Anthony Davis vit une saison cauchemardesque avec les Pelicans. Trop seul, il risque de se frustrer rapidement s’il ne trouve pas un équipier pour venir l’épauler. Que va-t-il se passer, les soirs où il ne sera pas extraordinaire ?

D’autres équipes surprennent en ce début de saison et sont à un niveau que l’on attendait pas.

Les bonnes surprises :

Les Lakers (6 victoires 4 défaites) : Les jeunes pousses des Lakers sont la bonne surprise de ce début de saison. La saison dernière ressemblait plus à une tournée d’adieu pour Kobe où ses coéquipiers lui rendaient hommage chaque soir et le regardaient shooter. Les joueurs sont restés en stand-by un an sans qu’on ne puisse réellement évaluer leur niveau. Libérés du poids et de l’ombre d’un tel monument du basket, les joueurs peuvent maintenant reconstruire la franchise.

Utah (7 victoires 4 défaites) : Dans une conférence Ouest ultra relevée, où il faudra plus de 50 % de victoires pour se qualifier pour les playoffs, les Jazz apparaissent comme une franchise solide et équilibrée. Elle est dissuasive en défense avec la tour de contrôle, Rudy Gobert. George Hill, reconverti en meneur, a formidablement mené l’équipe durant l’absence de Gordon Hayward. Les Jazz disposent d’un bon collectif et risque d’être l’équipe « poil à gratter » par excellence.

Houston (5 victoires 4 défaites) :Oui, on peut avoir un ratio positif et n’être que 8e de sa conférence. James Harden, repositionné en point guard par Mike D’Antoni, est surprenant à ce poste et affiche des stats impressionnantes. 30 points, 13 passes décisives (meilleur de la ligue) et 8 rebonds. Sa relation avec Clint Capella nous a déjà gratifié de nombreux « alley oops ». Pourquoi ne pas commencer à défendre maintenant Mr Harden?

Place maintenant aux équipes et aux joueurs qui dominent ce début de saison.

 

Les Clippers (9 victoires 1 défaite) : Une seule défaite pour les Clippers, qui enregistrent le retour de Blake Griffin, après sa suspension de l’an dernier. L’équipe s’articule autour du duo Paul-Griffin, accompagné du shooteur Reddick. DeAndre Jordan est toujours aussi dissuasif dans la raquette et modifie la trajectoire des tirs adverses quand il ne les détournent pas. Le banc est assez fourni et emmené par le super sixième homme, Jamal Crawford. Cet excellent début de saison ne demande qu’à être confirmé.

Golden State (7 victoires 2 défaites) : Les Warriors ne visent pas forcément le record de l’an dernier, mais veulent éviter de trébucher sur la dernière marche cette année. C’est pour cette raison que KD est venu s’ajouter au trio de All-Stars. La balle est bien partagée et les tickets shoots semblent bien répartis. Klay Thompson est logiquement un peu en retrait offensivement mais reste une menace sérieuse dans cet arsenal offensif incommensurable. Curry vient d’ailleurs de battre le records de tirs à trois points réussis sur un match avec le nombre de treize. Petit bémol, Pachachulia ne paraît pas avoir remplacé Bogut dans la raquette. La dureté physique de l’australien pourrait manquer dans une série de playoffs.

Cleveland (7 victoires 1défaite) : Les champions en titre s’appuie toujours sur le Big Three, avec un Kyrie Irving, qui semble encore plus fort cette année et un Kevin Love avec plus de responsabilités offensives en ce début de saison. LeBron James ne force pas et continue de mener son équipe en mode triple double. Les Cavs paraissent plus fort que l ‘an dernier avec plus de certitudes dans leur jeu. La confiance du champion. Malgré tout, ils abusent parfois trop du shoot à trois points. Attention au péché de gourmandise.

Russell Westbrook : Si OKC possède un record de six victoires pour trois défaites, la franchise le doit essentiellement à son homme à tout faire, Russell Westbrook. Il est tout simplement stratosphérique depuis le début de saison. 30,9 points, 8,9 rebonds, 9,4 passes décisives. Des chiffres incroyables qui donnent le tournis. Le départ de Durant a fait de lui le seul franchise player et cela lui donne une dimension supplémentaire. Un candidat au titre de MVP en puissance.

Demar DeRozan : Demar DeRozan est tout simplement le meilleur scoreur de la ligue avec près de 34 points de moyenne par match. Que dire, à part que le joueur a pris une nouvelle dimension suite à son passage avec l’équipe américaine aux Jeux Olympiques. Il ne force pas et tourne à plus de 50 % de réussite aux tirs, ce qui est très fort pour un joueur extérieur. C’est un joueur très plaisant à voir jouer, très gracieux. Épaulé par Lowry et Valanciunas, DeRozan vise le haut de la Conférence Est avec les Toronto Raptors. Il concourt également pour le titre de meilleur joueur de la saison cette année.

A bientôt pour un nouveau point