Bilan de la saison ATP 2016

1 Submitted by on mer, 07 décembre 2016, 19:49

Le duel

L’année 2016 a été évidemment marquée par le duel Murray-Djokovic. Le Serbe a dominé la première partie de la saison en remportant l’Open d’Australie et surtout Roland Garros, seul Grand Chelem manquant à son palmarès. Nole rentrait dans l’histoire et disposait d’une avance plus que confortable au classement atp. Il semblait intouchable et rien ne laissait présager ce qui allait se passer par la suite. La montée en puissance de Murray a coïncidé avec la baisse de forme de Djoko, dont le premier couac a eu lieu au premier tour des jeux des JO. Cette défaite contre Del Potro a laissé, sans doute, plus de traces que l’on pense chez ce champion ultra patriotique. Il s’en est suivi une défaite au troisième tour de Wimbledon, puis une finale perdue à l’US Open contre Wawrinka. La seconde partie de la saison sera celle de Murray. Le palmarès est assez éloquent : Wimbledon, JO, Pékin, Shanghai, Vienne, Bercy et enfin le Masters. Un dernier tournoi qui se termine en apothéose avec une finale gagnée contre son rival Djokovic. Une transmission de pouvoir qui place Murray au sommet du tennis mondial.

Le renouveau du tennis mondial

Cette année aura été l’avènement ou la confirmation de nombreux jeunes talents. Honneur au mieux classé d’entre eux, Dominique Thiem. Du haut de ses 23 ans, l’autrichien a confirmé tout le potentiel que l’on avait déjà remarqué et sa régularité dans la performance s’est concrétisée par une participation au Masters de Londres. Une superbe année qui demande confirmation l’an prochain. Le fantasque et non moins imprévisible Kyrgios termine à 21 ans, à la 13e place. Comment rester indifférent à ce joueur capable des performances les plus extraordinaires comme des comportements les plus contestables. Il a d’ailleurs volontairement balancer un match cette année et l’a d’ailleurs totalement assumé en conférence de presse. On n’ose imaginer les dégâts que le jeune homme pourrait causer sur le circuit avec plus de discipline.

Coric, 20 ans, est un joueur dont le classement, 48ème, ne reflète pas le véritable niveau. Sa saison a été perturbée par les blessures, mais malgré cela, il a pu accrocher quelques beaux scalps à son tableau de chasse. Nul doute que 2017, si son physique ne le trahit pas, verra le Croate jouer un rôle important dans les tournois.

Le jeune joueur le plus impressionnant est Alexander Zverev. Déjà 24ème a 19 ans, l’allemand affiche une maturité rare à son âge et possède en plus d’un merveilleux coup de raquette, des qualités de déplacement extraordinaires pour un joueur de près de deux mètres. Ces victoires contre les top 10 ont marqué les esprits et sa capacité à « matcher » même contre les plus forts a grandement impressionné. Attention, potentiel futur numéro 1.

Enfin, bien qu’il ne soit plus aussi jeune que les joueurs précédemment cités, Dimitrov revient à 25 ans, à un niveau dont tous les amateurs de tennis se réjouissent. Septième mondial il y a 2 ans, le bulgare avait comme on dit « perdu son tennis ». Après des performances, qui l’ont conduit à un classement indigne de son talent, ce dernier s’est recentré sur son tennis. On attend avec impatience la confirmation de ce renouveau.

Federer et Nadal

Petite Révolution et mini séisme dans le monde du tennis. Federer et Nadal n’étaient pas présents ensemble au Masters de fin d’année pour la première fois depuis 2006, L’absence de ces deux légendes à Londres raisonne comme la fin d’une époque et la dissolution du Big Four. Federer a stoppé sa saison fin juillet, après avoir du renoncer quelques mois plus tôt, à son premier Grand Chelem depuis très longtemps, Roland-Garros. Il a connu sa première véritable blessure à 35 ans. Malgré une hygiène de vie et une condition physique remarquable à cet âge, le Suisse est victime du poids des ans. Il finit à l’année à la 16ème place, mais nul doute qu’aucun cador ne souhaitera retrouver l’helvète tôt dans sa partie de tableau l’an prochain. Le cas de Nadal est similaire, même si l’espagnol est de quatre ans son cadet. On a toujours dit que Nadal tirait énormément sur son physique et son style de jeu est tout sauf économe. Le Majorquin finit l’année à la 9ème place mondiale au terme d’une saison en demi-teinte. Sa saison 2017 sera conditionné par la bonne ou la mauvaise santé de son poignet ou de ses genoux. Déjà mille fois enterré et perdu pour le tennis, Rafa est toujours revenu au niveau, déjouant les pronostics les plus pessimistes. On imagine mal l’espagnol et son coté accrocheur ne pas tout faire pour reprendre son bien, Roland Garros.

roger_federer_indian_wells

Les Francais

Monfils 7ème, Jo Tsonga 12ème, Pouille 16ème, Gasquet 18ème et Simon 25ème. On ne peut pas dire que le tennis français se porte mal. Cinq français dans les 25 premiers. Quelles nations peuvent afficher un tel contingent à ce niveau. Alors pourquoi, malgré cette représentation exceptionnelle au plus haut niveau, avons-nous ce sentiment d’inachevé. Sans doute dû au fait, qu’il n’y a aucune victoire en masters 1000 et bien entendu en Grand Chelem. La génération des mousquetaires est maintenant trentenaire et devrait aller vers un logique déclin. Saluons toutefois, les saisons respectives de Gael Monfils et de Lucas Pouille. Le premier nous a gratifié de la meilleure saison de sa carrière, couronnée par une première participation au Masters et de ces fameux hot shots, qui le rendent unique.

La relève du tennis français s’appelle Lucas Pouille(voir post spécial sur Lucas sur ce blog). Le Nordiste a montré, à 22 ans, une belle maturité pour son âge et a accroché quelques beaux scalps à sa ceinture. Sa victoire référence restera celle contre Rafa en cinq sets à US Open. Une seizième place et de belles promesses pour l’avenir. On attend la confirmation de ce talent en 2017.

2ème tour Roland Garros 2013 : Jo-Wilfried Tsonga (FRA) def. Jarkko Nieminen (FIN)

Mention spéciale

Raonic : On peut aimer ou ne pas aimer le style du Canadien, mais il faut reconnaître son efficacité. Milos s’est posé à la troisième place avec un service de feu, unbreakable certains soirs. Une première finale de Grand Chelem à Wimbledon, ainsi qu’une grande régularité ont permis à l’immense serveur de s’installer comme l’une des terreurs du circuit.

Wawrinka : Le Suisse termine l’année à la 4ème place, mais a surtout ajouté un nouveau Grand Chelem à son palmarès, l’US Open. Le tournoi new-yorkais est le troisième majeur de la carrière de Stan. Une performance réalisée face à Djokovic en finale, qui plus est. Un champion délaissant parfois quelques matchs, mais toujours présent dans les grands rendez-vous.

Del Potro : Perdu pour le tennis à cause de blessures à répétition, l’Argentin est revenu des profondeurs du classement. La Tour de Tandil a, souvenons-nous, remporté l’US Open 2009. Finaliste aux JO et grand artisan de la victoire de l’Argentine en Coupe Davis, il a apporté une grande joie aux suiveurs du circuit, heureux de voir cet immense champion revenir dans la lumière.

Written by

Bertrand F est passionné et pratiquant de sport depuis tout petit. Tombé dans la marmite du foot dès son plus jeune age, il supporte le FC Nantes depuis 1984 et sa ferveur pour ce club ne l'a plus quitté depuis. C'est à l'adolescence qu'il decouvre la pratique du basket et se passionne pour ce jeu. Il continue à user ses sneakers sur les playgrounds franciliens, à bientot 40 ans, dès que le temps le lui permet. Il trouve dans le sport beaucoup de de philosophie et de principes de vie et voit beaucoup d"analogie entre les différentes rencontres et nos comportements au quotidien. Grand fan de tennis et également pratiquant à ses heures perdues, il voit dans ce blog l'occasion d'exprimer un avis, un ressenti sur un évènement sportif particulier, qui ramène tranversalement parfois même, à un sujet sociétal. Partant du principe que son opinion n'est qu'une opinion et non "la vérité", il attend avec impatience les arguments contraires de ses lecteurs. Bien entendu, ceci dans l'esprit fair play d'une rencontre sportive et dans le respect de l'adversaire.
1 Response to "Bilan de la saison ATP 2016"
  1. Balita dit :

    très bon article! bravo Bertrando,

leave a comment